La commission parlementaire française préconise l’euthanasie passive

Les associations de médecins en France ont accueilli favorablement un rapport d’une commission parlementaire recommandant l’euthanasie passive Dans un rapport décisif, le comité interpartis de 31 députés a recommandé que les patients en phase terminale aient le droit de refuser un traitement dans certaines circonstances.Cependant, le comité a déclaré que l’euthanasie active, c’est-à-dire Le ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy, a déclaré que le gouvernement était prêt à accepter les recommandations du comité et à donner aux patients en phase terminale un plus grand droit de décider s’ils devaient ou non mettre fin à leur traitement. Jean Leonetti, le président du comité, a déclaré à l’hebdomadaire français L’Express que seul un patient avec une maladie grave et incurable ” M. Leonetti a déclaré que la loi actuelle devait être modifiée parce qu’elle était divorcée des faits.Il a dit que la plupart des députés continuaient à s’opposer à la décriminalisation de l’euthanasie active parce qu’il serait trop difficile de la réglementer efficacement. “ Il est plus simple, plus moral et plus logique de laisser le code pénal tel quel, ” Le comité parlementaire a été créé après la mort de Vincent Humbert, un pompier de 21 ans qui a été paralysé après un accident de voiture et qui a écrit un livre intitulé « Je demande le droit de mourir » dans lequel il a dit que M. Humbert est décédé le 26 septembre 2003 après que son médecin et sa mère l’aient aidé à mettre fin à sa vie. Le rapport du comité, qui a pris huit mois à rédiger, soulignait l’importance des mesures de sauvegarde pour prévenir tout abus de comportement passif. euthanasie.Sous les propositions, les patients doivent être conscients et faire une demande écrite. Une deuxième opinion doit être obtenue pour s’assurer que la décision du patient est vraiment prise de son plein gré et est réfléchie progressif. ” Si le patient n’est pas conscient, les membres de sa famille doivent en faire la demande. Le rapport a aussi émis l’idée d’introduire un testament de la vie ” dans lequel les gens pouvaient indiquer comment ils voulaient être traités dans “ fin de vie ” En outre, le rapport recommande fortement d’améliorer les soins palliatifs pour les personnes âgées et malades, y compris une meilleure formation pour les médecins et les infirmiers.L’incitation à réviser la législation pour permettre l’euthanasie passive vient après qu’il est apparu en mai que 14 “ # x0201d; — active et passive &#x02014 ;, a été réalisée sur des patients à l’hôpital Besan ç entre 2000 et 2001. L’affaire a émergé après que les médecins et les infirmières et les représentants syndicaux se sont affrontés sur la façon de traiter le Un nombre croissant de patients gravement malades, incitant leurs syndicats respectifs à déposer des plaintes officielles.

You may also like...